Lescure et le STP écrasent tout

Triathlon. Grand Prix Lyonnaise des Eaux de Toulouse Métropole. Le club de Labège domine le courte distance.

Derniers instants de répit avant le départ du courte distance, dimanche, à La Ramée./ Photo DDM, Xavier de Fenoyl

Les triathlètes du Sud Triathlon Performance (STP), club basé à Labège, ont été les grands animateurs et les grands gagnants de l’épreuve de courte distance, disputée dimanche matin à La Ramée, au lendemain du Grand Prix Lyonnaise des Eaux Toulouse métropole qui avait réuni l’élite internationale sur la zone verte toulousaine (lire notre édition du 17 juin).

Les sociétaires du STP ont en effet dominé de la tête et des épaules l’épreuve, quatre d’entre eux se glissant dans les cinq premiers (Ndlr : Lescure 1er, Borderas 2e, Cabart 4e et Vives 5e). Avec en vainqueur Aurélien Lescure, 26 ans, de retour à la compétition depuis peu après trois mois d’arrêt. Lui qui envisageait une sélection olympique pour Londres a dû déchanter en février, victime d’un surentraînement qui l’a condamné à un arrêt forcé, laissant ainsi filer toute chance de jouer la qualification olympique. « Cela a été un gros coup dur pour moi », reconnaît le triathlète de Labège qui a donc repris des forces pendant trois mois.

Cap sur Rio 2016

Revenu à la compétition il y a trois semaines sur une épreuve sprint disputée avec son club en championnat de France de D2, il appréhendait un peu son passage sur courte distance. Finalement, tout s’est bien passé pour lui. Laissant son coéquipier Sébastien Bordaras sortir en tête de l’eau puis creuser l’écart à vélo (il comptait alors 1’34 » d’avance), Aurélien Lescure flanqué de son coéquipier Adrien Vivès a rapidement effacé son retard sur la course à pied, spécialité où il excelle, Borderas concédant alors plus de 2 minutes sur les cinq premiers kilomètres à son leader. La messe était dite et Aurélien Lescure pouvait finir seul et savourer cette victoire. « Je vais maintenant donner la priorité à mon stage chez Thalès afin de valider mon diplôme d’ingénieur », explique le vainqueur que l’on reverra en action le 1er juillet à Isle-Jourdain. Quant à sa carrière internationale, il va se relancer dans un cycle de quatre ans. « Maintenant, c’est cap sur Rio 2016. J’aurai alors 30 ans, l’âge où on est le plus performant au triathlon », conclut-il, plus motivé que jamais.

LA DEPÊCHE DU MIDI – PUBLIÉ LE 19/06/2012 09:08 | XAVIER THOMAS

Laisser un commentaire