Triathlon international de Mimizan : Costes a tenu la distance

En tête toute la course, le sociétaire du Sud Triathlon Performance a su contenir le retour de grosses pointures du peloton.

Antony Costes

«Après ma deuxième place frustrante de l’an passé, je revenais à Mimizan pour gagner, mais vu le plateau très relevé, je n’y croyais pas vraiment. » Et pourtant, au terme d’un triple effort d’1 heure 48 minutes et 40 secondes, Antony Costes franchissait la ligne d’arrivée les bras levés au ciel en V comme victoire. Inscrire son nom au palmarès du courte distance du 27e Triathlon international de Mimizan était un peu un rêve de gosse pour le sociétaire du club de Sud Triathlon Performance de Labège, près de Toulouse.

Départ Mimizan

« Je viens ici depuis tant d’années, souffle le dossard numéro 5. Ça fait vraiment plaisir. » Et le fait d’avoir pris le meilleur sur de grosses pointures de la discipline ne fait que pimenter ce premier succès landais, qui vient étofffer un CV encore au stade embryonnaire. Oh, bien sûr, il n’a pas écrasé la concurrence. Mais à 23 ans, entre les rives du lac d’Aureilhan et le front de mer mimizanais, Costes s’est quand même payé le luxe de tenir en respect (à trois petites secondes) le militaire angevin Toumy Degham et son palmarès long comme un jour sans pain (multiple champion de France de duathlon et de triathlon), mais aussi Lionel Roye, lauréat ici même en 2010 et 4e l’an passé, ou encore l’infatigable Stéphane Bignet, septuple vainqueur à Mimizan, qui était sorti de sa retraite sportive pour tenter de réaliser la passe de 8. « En fait, je ne me suis pas posé de questions, j’ai fait ma course et ça a payé », résume le jeune Haut-Garonnais qui a mené les débats de bout en bout.

Natation mimizan

700 concurrents

Alors que quelques rayons de soleil percent l’épais matelas de cumulo-nimbus, Costes se place en tête dès la mise à l’eau, par vagues successives. Après 1,5 km de natation, il est le premier à s’élancer pour 40 kilomètres de vélo. Une épreuve sélective au cours de laquelle le vent va « écailler » le peloton de 700 concurrents, garçons et filles confondus. Si, derrière les écarts se creusent, aux avant-postes, les favoris pour le podium ne se lâchent pas d’une semelle.

L’affaire va se régler sur les 10 kilomètres de course à pied. À mi-boucle, Costes compte toujours 15 secondes sur Degham. Mais ce dernier ne parviendra pas à porter l’estocade sur les derniers hectomètres. « Je savais que ça reviendrait fort à la course, mais je suis resté dans la bulle et je n’ai pas faibli », s’auto-congratulait le dossard numéro 35. « Il était vraiment trop fort aujourd’hui », reconnaissait fair-play Toumy Degham. « J’ai essayé de relancer au 6e kilomètre, mais il m’a manqué un peu de rythme sur la fin.

Antony, lui, a fait une course pleine. » Un bel hommage d’un champion accompli en direction d’un triathlète qui incarne la relève et a encore l’avenir devant lui. Dans tous les cas, le jeune homme, étudiant en doctorat de biomécanique à l’université Paul-Sabatier de Toulouse, aura trouvé à Mimizan ce qu’il était venu chercher. Un brin d’expérience et de confiance avant les championnats de France des clubs de Division 1 qui débuteront fin mai.

Article paru sur SUD OUEST, le 22 mai 2013

3 réflexions au sujet de « Triathlon international de Mimizan : Costes a tenu la distance »

  1. Djedil

    Bravo,bravo,bravo,bravo !!!!!
    Et merci pour ta simplicité et ta gentillesse,
    comme tout les gars de D1 😉
    On vous suit!

    Répondre

Répondre à Jérôme Annuler la réponse.